Qu’est-ce que l’actionnariat populaire ? :

 

Ce n’est pas simplement brader les grands groupes gérés par l’Etat vers les particuliers.

L’actionnariat populaire c’est développer l’actionnariat de proximité régional en direction des TPE PME locales et de proximité afin de les aider à croître créer des emplois et se pérenniser. Faire revivre économiquement les régions Françaises qui se désertifient et qui se délocalisent devant la mondialisation économique.

 

Le capitalisme populaire doit être un désir spontané de participer à la réalisation d’un projet de développement d’entreprises locales régionales voir nationale et qui apporteront de la croissance économique locale mais aussi un placement pouvant distribuer des dividendes et aussi dans une faible portion de plus-values.

 

Il est nécessaire de mettre l'accent sur la nécessité pour que les dirigeants de ces PME organisent la pérennité de leur entreprise, même après eux, sur du très long terme. Les particuliers investisseurs visant sur du long terme, souvent espérant que leur placement soit un complément pour leur retraite.

Le capitalisme populaire ce ne doit pas être l’État qui cède des actions d’entreprises qu'il détient aux petits épargnants à un prix qui leur permet d’être assuré de les revendre peu de temps plus tard plus cher et qui seront en final rachetées par des groupes financiers (ADP, FDJ, ENGIE etc. …)

 

Le capitalisme populaire ce doit être la possibilité pour le public d'acheter des parts de TPE PME ambitieuses répondant aux besoins économique et humains locaux ou régionaux.

  

Plus généralement, n'importe quelle personne physique doit pouvoir acheter des actions d'une entreprise, sans intermédiaire, et participer ensuite des décisions de son développement. Le concept existe couramment à l'accession à la propriété, par exemple en permettant aux habitants de HLM de devenir propriétaires de leur logement.

 

C’est dans les années 1980 qu’avec l’arrivée de la gauche que s’est développé spontanément un actionnariat régional populaire à travers la France. L'idée qui s’est amorcée en énorme succès à partir de 1981 a servi en 1986  de tremplin aux privatisations.

 

Le capitalisme populaire doit amener une nouvelle forme juridique d'entreprises qui doit créer une nouvelle forme de richesse répartie de façon plus équitable entre les Français